Gratitude

La véritable foi en Dieu est, en effet, une source de richesse quand on sait être content avec ce qu'on a. Nous n'avons rien apporté dans ce monde, et nous ne pouvons rien en emporter. Tant que nous avons nourriture et vêtement, nous nous en contenterons. Car « l'amour de l'argent est racine de toutes sortes de maux ».

1 Timothée 6, 6 - 8, 10

Chers lecteurs,

les nuits se refroidissent. Vous avez peut-être froid pendant la nuit? Dans une ancienne lettre, je lisais ce qui suit : » Cher père et sœur, j'ai tellement froid que vous ne le croiriez pas, parce que je n'ai pas apporté de couette, et j'ai très froid cet hiver. Chère sœur, sois si bonne et envoie-la moi avec W. quand il reviendra, et mets-la dans la boîte à sapin. »

C'est l'appel à l'aide d'une pauvre femme qui a émigré en Amérique il y a environ cent ans. Qui n'avait pas l'argent pour acheter une couverture chaude. - J'ai lu ces anciennes lignes lors d'une exposition à Amerika-Hafen Steubenhöft à Cuxhaven.

C’est certainement l’un de nos besoins de base de ne pas avoir froid la nuit. Non seulement d'avoir suffisamment à boire et à manger, d'avoir assez de vêtements, mais aussi de pouvoir dormir la nuit. À Francfort, le «Kälte-Bus» sera sûrement de nouveau sur la route au cours de l’hiver prochain, et il cherchera dans les endroits où dorment les sans-abri. Personne ne devrait avoir froid ou même mourir de froid!

Nous, chrétiens d'Allemagne, célébrons l'Action de grâce de la récolte le 7 octobre. De nombreuses églises ornent leurs autels de pain, de fruits et de légumes. 

Il faut rappeler à celui qui vient au culte à qui il doit une vie de prospérité. Être reconnaissant pour les semailles et les récoltes, pour les emplois et la protection sociale, pour la liberté et la démocratie, mais aussi pour les vêtements et un toit au-dessus de notre tête.

Mais finalement, seuls ceux qui sont satisfaits peuvent être reconnaissants. L'apôtre Paul s'y souvient dans sa lettre très personnelle à son "fils spirituel" Timothée. Être heureux est la clé de la gratitude. Et c’est là que beaucoup de gens ont probablement un problème: quand puis-je être satisfait? Quand est-ce "suffisant" est suffisant pour moi?

De combien de paires de chaussures ai-je besoin? Quand puis-je dire: c'est assez? Quand serai-je satisfait de ce que j'ai? Notre société occidentale de consommation vit d'un mécontentement constant. Le désir de quelque chose de nouveau, de quelque chose de plus, doit être constamment satisfait. Combien de caves, de greniers et de garages sont maintenant des entrepôts d’abondance?

Cela a déjà dû être un problème à l'Antiquité - même s'il n'y avait pas de caves, de greniers ou de garages. Car Paul rappelle à son jeune collègue de réfléchir sur cette question importante de la vie encore et encore. Il devrait toujours garder à l'esprit qu'il est né avec rien et qu'il quittera ce monde et entrera dans l'éternité avec rien. Il devrait apprendre à être satisfait de ce qu'il a.

Paul connaît le grand danger que même la foi en Jésus-Christ puisse être ébranlée quand c'est l'argent qui est en jeu. Il avait eu de mauvaises expériences avec des prédicateurs qui voulaient tirer tout le profit possible de leur "ministère". Ils avaient établi une connexion impie entre la foi et l'argent. Il connaissait des chrétiens pour qui la richesse était devenue plus importante que la relation avec Dieu. La cupidité, écrit Paul, est la racine de tout mal.

Jésus-Christ met en garde contre la cupidité (Luc 12, 13 – 15) :

« Du milieu de la foule, un homme dit à Jésus: Maître, dis à mon frère de partager avec moi l'héritage que notre père nous a laissé ! Mais Jésus lui répondit : Mon ami, qui m'a établi pour être votre juge ou votre arbitre en matière d'héritage ? » Voila quelqu'un qui a voulu partager l'héritage en sa faveur, avec l'aide de Dieu.

Jésus corrige les désirs exagérés de ses auditeurs: « Puis il dit à tous : Gardez-vous avec soin du désir de posséder, sous toutes ses formes, car la vie d'un homme, si riche soit-il, ne dépend pas de ses biens. » Le contentement, et pas le désir d'avoir toujours plus, est la clé d'une vie de gratitude.

Dans les proverbes, j'ai trouvé une prière qui parle de l'aspiration au contentement. Agur, le fils de Jake, prie (Proverbes 30, 7-9):

« Éternel, je te demande deux choses, ne me les refuse pas avant que je meure :

Garde-moi de dire des paroles fausses ou mensongères. Ne me donne ni pauvreté ni richesse ; accorde-moi seulement ce qui m'est nécessaire pour vivre,

car dans l'abondance, je pourrais te renier et dire : « Qui est l'Éternel ? » Ou bien, pressé par la misère, je pourrais me mettre à voler et déshonorer ainsi mon Dieu. »

"Laisse-moi savourer le pain dont j'ai besoin", dit une autre traduction. Il y a même de la joie dans le remerciement pour le pain quotidien. Et pour la couette chaude.

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main