No risk, no faith? - Pas de risque, pas de foi?

Alors le diable le transporta dans la cité sainte, le plaça sur le haut du Temple et lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, lance-toi dans le vide, car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet. Ils te porteront sur leurs mains, pour que ton pied ne heurte aucune pierre. Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne forceras pas la main du Seigneur, ton Dieu.

Mathieu 4, 4 – 7

Chers lecteurs,

"Risque tout, même ta vie" (!) - un appel vraiment diabolique! "Cela ne vous arrivera pas. Parce que les anges de Dieu vous attrapent avec un résau." (Mais si les anges ne sont pas là, alors vous avez perdu). Mais Jésus ne peut être provoqué, pas même avec des paroles pieuses. Le Fils de Dieu sait que personne n'est autorisé à défier Dieu.

L'apôtre Paul connaissait ce challenger. Il écrit à 2 Corinthiens 11, 14: “Satan lui-même ne se déguise-t-il pas en ange de lumière.

Le mal aime apparaître comme une figure légère. Il séduit les gens à suivre leurs propres désirs et rêves plutôt que la volonté de Dieu. Il séduit les gens à “risquer la tête”.

Dieu ne veut pas ça! C'est l'homme qui se laisse guider par ses désirs. Dans la lettre de Jaques 1, 13 – 14 on peut la lire: “Que personne, devant la tentation, ne dise : «C'est Dieu qui me tente.» Car Dieu ne peut pas être tenté par le mal et il ne tente lui-même personne. Lorsque nous sommes tentés, ce sont les mauvais désirs que nous portons en nous qui nous attirent et nous séduisent.”

Les propres désirs autocratiques ont déjà plongé certaines personnes dans le malheur. Depuis que quelqu'un avait le désir de devenir grand, d'être quelque chose de très spécial. Ou il y avait la conviction que Dieu prendrait également des risques financiers avec un coussin souple.

Même les chrétiens ont échoué devant ces tentations. Malheureusement, je connais des gens dont la foi a même fait naufrage. Les casse-cou ont entrepris et ont été amenés à faire des bêtises indescriptibles.

Interrogé sur le commandement suprême, Jésus répond: “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée” (Mathieu 22, 37).

Nous devrions aimer Dieu aussi avec le raison. Avons-nous négligé cela trop souvent? Nous honorons également Dieu avec notre pensée, avec notre raison.

Il en va tout autrement lorsque Dieu m'encourage à faire des pas de foi. Je peux faire confiance aux paroles de Jésus. Le sermon sur la montagne (que j'aimerais voir avec vous dans les semaines à venir) est un chemin de foi. Ce que Jésus-Christ dit devrait façonner ma vie. Ce que Jésus dit devrait donner à ma vie une nouvelle forme. Courageusement, je suis autorisé à l'accompagner pas à pas.

Je peux écouter Jésus-Christ, prier et demander la direction du Saint-Esprit. Si je ne suis pas sûr de certains choix quotidiens, je devrais demander à des chrétiens expérimentés et leur demander conseil.

Quelques questions peuvent m'aider: est-ce que je me sens bien avec ce que je fais? Ai-je une bonne conscience? Est-ce que ce que je fais construit une autre personne? Ai-je la paix en moi si je fais telle ou telle démarche? Si je détruis quelque chose ou quelqu'un avec mon intention, je ne peux pas avoir la paix!

Si vous, cher lecteur, vous êtes confronté à la question de savoir si vous devez risquer un "saut risqué": veuillez ne pas le faire! Prenez les escaliers, restez sur le sol! Clarifiez avec Dieu et avec vos amis s'il s'agit d'une étape de la foi que vous êtes autorisé à oser, ou si vous détruisez quelque chose, telle que des relations ou la confiance.

Le Saint-Esprit reste à mes limites. Il sait ce que je peux et ce que je ne peux pas faire! Il adhère à mes limites physiques et mentales. Tout à fait différent de l'esprit diabolique. Il n'a aucune limite. Il franchit constamment les frontières, détruisant la confiance et submergé par ses défis.

Je vous souhaite une semaine bénie sous la direction du Saint-Esprit!

 

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main