“Heureux serez-vous quand les hommes vous insulteront et vous persécuteront, lorsqu'ils répandront toutes sortes de calomnies sur votre compte à cause de moi. Oui, réjouissez-vous alors et soyez heureux, car une magnifique récompense vous attend dans les cieux. Car vous serez ainsi comme les prophètes d'autrefois : eux aussi ont été persécutés avant vous de la même manière.“ Mathieu 5, 11 - 12

 

Chers lecteurs,

 

Walter Lübke était un homme politique allemand local, assassiné d'une manière perfide en juin. Il a fait campagne pour les réfugiés et a été insulté et menacé en raison de son implication. Un néo-nazi de 45 ans l'avait donc assassiné. L'Allemagne était horrifiée.

 

Malheureusement, dans les réseaux sociaux, la mort de cet homme politique a également été commentée avec cynisme et insulte. Notre président fédéral, Steinmeier, a critiqué ces réactions. Il a ajouté que de telles réactions sont "insipides, abominables, viles à tous égards". C'est vrai!

 

Notre loi fondamentale commence par les mots suivants: "La dignité de l'homme est inviolable" (article 1, 1). Malheureusement, la vie quotidienne a souvent l'air complètement différente. Chaque fois que des gens de notre pays sont haïs et insultés, leur dignité est bafouée.

 

Dans sa "Loi fondamentale" sur la montagne, Jésus prophétise à son peuple que sa dignité sera également touchée. Qui croit en Jésus-Christ, qui veut vivre selon les commandements de l'amour de Dieu et de la charité, doit aussi, paradoxalement, s'attendre à des insultes, à la haine et à la persécution. Il ne rencontrera pas seulement le respect et l'appréciation.

 

Jésus dit à son peuple: Ne comptez pas que vous êtes seulement du côté ensoleillé de la foi. Il se peut que votre croyance en moi vous apporte même de nombreux inconvénients. Vous pouvez être l'un des perdants sociaux. Vous pouvez être étiqueté outsiders. Même les ennemis de l'état. Vous êtes offensé. Vous devrez peut-être même vous soucier de votre vie.

 

Pour beaucoup de chrétiens, cela est devenu une réalité amère dans l'empire romain. La Lettre aux Hébreux en fait état aux chapitres 11, 35 à 38.

 

Mais même deux mille ans après les paroles d'admonition de Jésus, l'insulte et la persécution sont devenues une réalité pour de nombreux chrétiens. En Allemagne, ces expériences ne sont pas si loin. Représentant de nombreuses personnes persécutées dans l'Allemagne nazie, je me souviens du théologien protestant Dietrich Bonhoeffer et du prêtre jésuite catholique Alfred Delp. A.Delp a écrit le jour de son exécution (le 2 février 1945) de prison:

 

"Combien de temps j'attends ici, si et quand je suis tué, je ne sais pas. Le chemin qui mène à la potence de Plötzensee (pénitencier de Nazis) n’est que dix minutes en voiture. On ne l’apprend que peu de temps auparavant, c’est aujourd’hui et tout de suite que c'est mon tour. Ne sois pas triste. Dieu m'aide si merveilleusement et remarquablement jusqu'à maintenant. Je n'ai pas encore peur. Ce viendra probablement. Peut-être que Dieu veut que cette attente soit le test ultime de la confiance. Soit. Je veux faire un effort pour tomber comme une graine fertile dans le sol, pour vous tous et pour ce pays et ce peuple, que je voulais servir et aider. "(Source Wikipedia)

 

Dans ces lignes, je découvre cette consolation que Jésus a dite: "Bienheureux ceux qui souffrent parce qu’ils doivent être consolés" (Mt 5,4). Je découvre ce que l'apôtre Paul a dit: "Pour moi, en effet, la vie, c'est le Christ, et la mort est un gain“. (Philipiens 1,21) Paul a apprécié la vie avec Jésus-Christ. Il aimait vivre. Mais il savait qu'au-delà de la mort, la présence immédiate et glorieuse de Jésus-Christ l'attend.

 

Nous, chrétiens d'Europe et d'autres pays démocratiques et constitutionnels, sommes reconnaissants de pouvoir exercer notre foi chrétienne en toute liberté. Je suis reconnaissant de vivre dans une période de paix de 70 ans. Je suis reconnaissant de ne pas être exposé à la violence gouvernementale parce que je crois en Jésus-Christ.

 

Mais la dernière béatitude de Jésus me rappelle également de ne pas oublier ces femmes, hommes et enfants qui subissent la persécution aujourd'hui. Les chrétiens étant insultés et détestés, qui siègent dans des prisons. Ils doivent souffrir parce qu'ils aiment Jésus-Christ. Ces frères et sœurs de Jésus ont besoin de notre prière. Toujours. Il ne faut pas l'oublier!

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main