Jésus a dit: “Vous avez appris qu'il a été dit: œil pour œil, dent pour dent. Eh bien, moi je vous dis: Ne résistez pas à celui qui vous veut du mal; au contraire, si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre.” (Mathieu 5, 38 + 39)

 

Chers lecteurs,

 

pas de vengeance, mais le contrôle des dégâts est nécessaire ! Nos vies ne sont jamais exemptes de conflits. Les conflits sont toujours possibles. Il y a toujours des arguments. Dieu a réglé par Moïse: en cas de litige, le principe “vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, contusion pour contusion” (Exode 21, 23 - 25). Cela exclut la vengeance et les représailles excessives. Une juste compensation des dommages devrait déterminer l'éthique dans la vie quotidienne. Dieu ne veut pas de vengeurs assoiffés de sang comme Lémec. Lémec était le fils du fratricide Caïn. Il s'est vanté de sa brutalité. Il a tué un homme qui l'avait blessé. Il a tué un jeune homme qui lui avait fait une contusion (Genèse 4, 23).

 

Dieu montre une nouvelle voie. Jésus emprunte ce nouveau chemin avec ses disciples. Ce n'est plus l'avidité du châtiment qui doit déterminer la vie de ses disciples, mais la grâce et la miséricorde aussi avec ses ennemis. Jésus a vécu cela comme un exemple. Lorsque le grand prêtre le condamne, ses bourreaux lui crachent au visage et le frappent de leurs poings (Mt. 26, 67). Aujourd'hui, nous appelons cela de la torture. Sur la croix, il demande à Dieu, le Père qui est aux cieux : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font!” (Luc 23:34).

 

Le mal est le mal. Mais le traitement de l'injustice et du mal ne devrait pas être déterminé par la vengeance et le désir de châtiment. Je vois combien cela peut être difficile avec l'apôtre Paul. Lorsqu'il est interrogé devant le haut conseil, le grand prêtre Ananias le laisse se faire frapper au visage. C'était une violation flagrante de la loi à l'époque. Paul résiste! Mais ensuite Paul insulte le théologien en chef avec les mots "Dieu lui-même va te frapper, muraille blanchie!" Quand il découvre qui il a insulté, il s'excuse. Il se souvient : "Tu n'insulteras pas le chef de ton peuple” (Actes 23: 1 f).

 

Paul sait par sa propre expérience qu'il ne peut pas répondre aux normes divines. Et pourtant, il encourage les autres chrétiens: si quelqu'un vous fait du mal, ne lui rendez jamais la pareille. Ne jamais rembourser un tort par un nouveau tort. Dans la mesure où cela est possible et dépend de vous, vivez en paix avec tous les peuples (Romains 12:17 + 18).

 

Puis il va jusqu'à l'extrême : "Ne te laisse jamais dominer par le mal. Au contraire, sois vainqueur du mal par le bien“ (Romains 12:21). Vaincre le mal par le bien ? Est-ce possible ?

 

Le graffeur Bansky a peint ceci sur un mur. C'est magistral, je pense. Vous pouvez trouver ce graffiti sur Internet. Consultez le parole pour l´année 2011 "Ne te laisse jamais dominer par le mal. Au contraire, sois vainqueur du mal par le bien.“

 

La peinture montre un jeune homme qui pourrait se battre dans une bataille de rue. Une casquette de baseball sur la tête. Visage partiellement masqué. L'adversaire en vue. Tout le corps est tendu. Il frappe pour le lancer. Mais dans sa main, il n'y a pas de pierre, pas de cocktail Molotov. Il lance un bouquet de fleurs. L'image semble grotesque. Ça ne correspond pas. Un combattant de rue masqué lance un bouquet de fleurs à ses adversaires. Cela pourrait sûrement mettre fin au combat. Un bouquet de fleurs volant serait comme une colombe de la paix.

 

Il me semble qu'il y a encore un long chemin à parcourir avant que les politiciens du monde entier ne transforment leurs épées en socs de charrue (Esaïe 2:4). Mais nous, les chrétiens d'aujourd'hui, nous pouvons déjà "nous battre" dans nos familles, entre voisins, au travail, pour éviter que les conflits ne s'aggravent. Nous pouvons travailler à ce que l'injustice soit activement surmontée par nous. Qu'il n'y a pas de spirale de haine et de vengeance. Un petit bouquet de fleurs pourrait être une colombe symbolique de la paix. Peut signaler: on s'assoit ensemble et on parle encore. Nous nous excusons pour notre injustice. Nous nous sommes engagés sur une nouvelle voie.

 

Il y a trop de "Lémec" et trop peu qui prennent courageusement un chemin différent. Jésus-Christ nous a dit comment le faire. Paul a essayé. On pourrait essayer aussi!

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main