Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie, une vie abondante. Jean 10, 10 b

 

Chers lecteurs,

 

Avent signifie "arrivée", en latin adventus. Nous, les chrétiens, n'attendons pas seulement Noël et ne célébrons pas la naissance de Jésus pendant la période de l'Avent. Nous attendons également que Jésus-Christ revienne et apporte sa justice et sa paix sur cette terre, une justice et une paix en abondance.

 

Jésus-Christ dit qu'il est venu nous donner la vie, la vie en abondance. Beaucoup de gens attendent la vie en abondance. D'innombrables personnes ne vivent chaque jour que dans le besoin. Ils n'ont presque rien à manger. Ils n'ont pas d'eau potable. Pas de soins médicaux. D'innombrables enfants n'ont aucune chance de recevoir une éducation.

 

D'innombrables personnes n'ont aucune liberté d'opinion, aucune liberté de religion, aucune protection contre l'arbitraire de l'État, même à Noël. De nombreuses femmes et de nombreux enfants sont exposés à la violence sexuelle. De nombreuses personnes sont privées de leur dignité humaine. Ils attendent et espèrent tous une vie qui leur rendra leur dignité.

 

Laissez-moi vous raconter une petite histoire : Il y a quelque temps, j'attendais que mon train arrive à la gare de Francfort. J'étais dans la salle d'attente quand un pigeon est venu vers moi. Ces pigeons vivent dans de nombreuses stations. Ce pigeon cherchait des restes de nourriture. J'ai pris une photo de nous deux.

 

Dans mon esprit, j'ai commencé à lui parler. Je lui ai demandé : que faites-vous ici dans cette station et que vivez-vous sur les ordures qui gisent sur le sol ? Pourquoi ne pas vivre dehors, dans la belle nature ! Là où le soleil brille. Là où il y a des arbres. Où il y a de la bonne nourriture en abondance pour vous. Dans mon imagination, elle m'a répondu : je suis née ici et je mourrai un jour entre les rails. Mes parents ont également vécu ici, mes grands-parents aussi. Je ne sais rien d'autre.

 

C'est exactement la même chose pour d'innombrables personnes : elles ne savent rien d'autre. Ils ne connaissent que le manque du matin au soir. Ils ne connaissent que la privation toute leur vie. Ils ne connaissent pas l'abondance de la vie dans la dignité et la liberté. Ils ne connaissent pas l'abondance de l'amour et de la sécurité. Ils n'ont jamais connu une abondance de confort ou d'espoir.

N'est-il pas temps de briser le cycle ? N'est-il pas temps de dire aux autres personnes qu'elles sont aimées de Dieu ! N'est-il pas enfin temps de confier la vie à Jésus-Christ et de lui demander de remplir votre vie de son amour, de son espoir, de son réconfort ?

 

La colombe n'a rien trouvé avec moi et est allée vers d'autres qui attendaient aussi. Je ne pouvais pas lui faire de bien. Mais il y a quelques personnes dans ma vie quotidienne de Corona pour lesquelles je peux faire quelque chose de bien. Des êtres humains qui ont infiniment plus de valeur qu'une colombe (veuillez lire Matthieu 6, 26 !). Il y a des malades que je peux appeler, pour lesquels je peux prier. Il y a des personnes seules à qui je peux écrire une lettre ou envoyer un petit colis. Même à cette époque, il y a toujours la possibilité pour moi de réduire un peu le manque d'une autre personne.

 

Je n'ai ni pouvoir politique ni influence sociale. Je suis un retraité parmi des millions d'autres retraités. Mais je peux aider un voisin, un ami, un mendiant dans la rue, à réduire un peu le manque. Je suis convaincu que vous pouvez faire de même. Que ce soit l'Avent et qu'il allume une lumière d'espoir dans le cœur d'un être humain. Pour que l'amour de Dieu atteigne aussi une autre personne. Que Dieu nous bénisse dans ce petit pas de foi. Allons-y !

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main