Et si quelqu'un te réquisitionne pour porter un fardeau sur un mile, porte-le sur deux mille avec lui. (Mathieu 5,41)

 

Chers lecteurs,

 

L'une des principales attractions touristiques de la Californie est le trajet de 17-miles-Drive sur la côte Pacifique. Là, vous vous rendez au Carmel, un petit endroit idyllique. Clint Eastwood y a été maire dans les années 1980. Le cyprès solitaire, qui est censé être l'arbre le plus photographié au monde, est également célèbre. Pour ces 17 miles de côte magnifique, vous devez bien sûr payer quelques dollars de droits d'entrée. Mais on peut aussi s'en passer et tout laisser à gauche. Le choix vous appartient.

 

Simon de Cyrène, un homme originaire de Libye, n'avait pas le choix. Il était probablement Nord-africain. Il a été forcé de porter la croix de Jésus par les soldats romains: “Pendant qu'ils l'emmenaient, ils se saisirent d'un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et l'obligèrent à porter la croix derrière Jésus.” (Luc 23, 26)

 

Les Romains pouvaient forcer n'importe quel non-Romain à faire un mile. Être une escorte, montrer le chemin ou porter un fardeau. Sans un centime à votre nom, bien sûr. Tout comme Simon, qui rentre chez lui après avoir travaillé dans les champs maintenant, il doit porter la lourde croix après le travail. Il doit le faire ! Personne ne lui demande s'il le veut.

 

Jésus nous demande, à nous chrétiens, non seulement d'aller "un mile" avec un autre, mais volontairement d'aller un mile de plus. Pour aller plus loin que je ne dois aller. Continuez plus loin que ce que je dois faire. Ne nous impose-t-il pas un lourd fardeau ? Un fardeau beaucoup trop lourd?

 

Aller à ce "deuxième mile" est probablement dans le moindre des cas encore à comprendre littéralement. Je pense plutôt à l'exemple d'une jeune femme d'Israël. Son histoire se trouve dans la Bible, dans l'Ancien Testament (2 les rois 5). C'est l'histoire d'une déportation:

 

“Naaman, le général en chef de l'armée du roi de Syrie, était un homme que son maître, le roi de Syrie, tenait en haute estime et auquel il accordait toute sa faveur, car, par lui, l'Eternel avait accordé la victoire aux Syriens. Hélas, ce valeureux guerrier était lépreux. Or, au cours d'une incursion dans le territoire d'Israël, des troupes de pillards syriens avaient enlevé une petite fille. A présent, elle était au service de la femme de Naaman. Un jour, elle dit à sa maîtresse : Si seulement mon maître pouvait aller auprès du prophète qui habite à Samarie ! Cet homme le guérirait de sa lèpre“.

 

Je suis sûr que cette jeune femme a beaucoup souffert. Déportée et maintenant esclave dans la famille d'un général syrien. Un général gravement malade! Elle se trouve dans un endroit qu'elle n'a pas choisi. Elle travaille dans un lieu et parmi des personnes qu'elle n'a pas choisis. Elle partage un destin comme avant et après elle, probablement des millions d'autres personnes. Déportée, asservie. Volé de l'avenir.

Ce que fait cette jeune femme dans cette situation est inimaginable: elle montre de la compassion pour la personne à qui elle doit son sort. Elle ne souhaite pas que son patron meure. Elle ne le maudit pas. Elle ne se réjouit pas de sa souffrance. Au contraire. Elle veut qu'il soit à nouveau en bonne santé. Qu'il est guéri. Elle veut une nouvelle vie pour lui. Elle lui montre même un moyen de se soigner. Elle connaît quelqu'un qui pourrait l'aider.

 

Pour moi, cela signifie faire le „deuxième mile” de son plein gré. Cette femme, dont nous ne connaissons pas le nom, nous aide. Grâce à son aide, Naaman trouve une nouvelle vie avec Dieu. C'est un très long chemin à parcourir. Mais un jour, il sera guéri dans son corps, son âme et son esprit. Tout a commencé avec le "deuxième mile", qu'une jeune femme a parcouru.

 

Quelle est votre situation de vie ? Votre vie ressemble-t-elle à un voyage de rêve sur le 17-Mile-Drive? Du soleil et des vues magnifiques ? Ou bien vivez-vous dans un endroit que vous n'avez pas choisi, où vous êtes obligé de vivre ? Avec des personnes que vous n'auriez pas choisies?

 

Souffrez-vous d'une maladie comme celle de Naaman? Quelle croix devez-vous porter ? Seriez-vous heureux si quelqu'un vous accompagnait sur votre chemin difficile dans la vie? Si quelqu'un fait de votre misère son fardeau? Comme le dit l'apôtre Paul : “Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux. De cette manière, vous accomplirez la loi du Christ.” (Galates 6, 2) „Supportez-vous les uns les autres avec amour.” (Ephésiens 4, 2)

 

Je suis convaincu qu'il existe encore de nombreuses façons d'accompagner un être humain sur son "deuxième mile". Volontairement. Par l'amour et la puissance que le Saint-Esprit nous donne. J'en suis convaincu: ce n'est que dans l'esprit de Jésus que nous pouvons parcourir le "deuxième mile".

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main