13 Car les justes poussent comme le palmier, ils s'élèvent comme un cèdre du Liban. 14 Bien plantés dans ta maison, Eternel, ils fleurissent sur les parvis de ton temple, notre Dieu. 15 Ils seront féconds jusqu'en leur vieillesse et ils resteront pleins de sève et de vigueur, 16 ils proclameront combien l'Eternel est droit : il est mon rocher, on ne trouve en lui aucune injustice. - Psaume 92, 13 - 16

 

Chers lecteurs,

 

une pensée merveilleuse : dans la vieillesse, fleurissent encore comme un arbre au printemps, pour être fertiles et frais. Qui ne souhaiterait pas cela. La réalité de la vie semble généralement différente. Le prédicateur Salomon savait ce que l'âge apporte. Il écrit dans le livre de l'Ecclésiaste (chap. 12, 1 - 6/7)

 

„Tiens compte de ton Créateur au temps de ta jeunesse, avant que ne t'adviennent les jours mauvais et avant que ne viennent les années dont tu te diras : « Je n'y prends pas plaisir ! » ; 2 avant que s'obscurcissent le soleil, la lumière, et que la lune et les étoiles ne perdent leur éclat, et que les nuées reparaissent sitôt après la pluie. 3 C'est l'époque où titubent les gardes du palais et où fléchissent les hommes vigoureux, où les servantes du moulin cessent de moudre, étant trop peu nombreuses, où les guetteurs derrière les treillis se voilent ; 4 où les deux battants de la porte se ferment sur la rue, où le bruit de la meule baisse et s'éteint. C'est le temps où le cri d'un oisillon suffit pour chasser le sommeil, où la voix des chanteurs s'éteint ; 5 le temps où l'on redoute la moindre pente, et où l'on a peur en chemin : l'amandier a fleuri, la sauterelle devient pesante, la câpre même demeure sans effet. Car l'homme va rejoindre sa demeure éternelle et, déjà, les pleureuses s'assemblent dans les rues. 6 Oui, tiens compte de Lui avant que ne se rompe le fil d'argent, que ne se brise la coupe d'or, et que la jarre ne se casse à la source, que la poulie brisée ne tombe dans le puits, 7 que la poussière ne retourne à la terre d'où elle était venue, que le souffle de vie ne remonte vers Dieu qui l'a donné.“

 

Bien sûr, il y a des personnes âgées vitales qui, à l'âge de 75 ans, voyagent encore dans tout le pays à bord d'une Harley-Davidson. Bien sûr, il y a des seniors qui ont un cœur jeune et qui continuent à danser. Mais il viendra un temps pour tous ces jours "que nous n'aimons plus".

 

Avant la pandémie de Corona, je me suis portée volontaire pour animer un groupe de discussion sur la Bible dans une maison de retraite. Malheureusement, cela n'est plus possible en raison du danger d'infection. Une fois par semaine, je rencontrais des personnes âgées et des personnes ayant besoin de soins. Une quinzaine d'hommes et de femmes sont venus entendre la Parole de Dieu. Ils avaient tous plus de 80 ans. Leurs histoires de vie étaient passionnantes. Devant moi se trouvaient d'anciens ingénieurs, des commerçants, des fonctionnaires. À l'époque, ils étaient dynamiques, maintenant il faut les amener en fauteuil roulant.

 

Mais tous avaient un souhait : celui d'être en communion les uns avec les autres et avec Jésus-Christ. Nous avons chanté de vieilles chorales, prié, célébré la Sainte Communion, écouté un mot de la Bible. Un psaume, une parabole de Jésus, une lettre du Nouveau Testament. Et encore, j'ai dû accompagner l'un de notre cercle dans son dernier voyage.

 

Dans ce cercle, j'ai compris ce que dit l'apôtre Paul (2.Cor. 4, 16) : Et même si notre être extérieur se détériore peu à peu, intérieurement, nous sommes renouvelés de jour en jour.

 

C'est vrai ! Même si notre corps se décompose de plus en plus d'année en année et qu'un jour il est complètement délabré comme une vieille maison, notre homme intérieur est renouvelé de jour en jour par l'Esprit de Dieu. Il porte en lui la vie éternelle. Même sur le lit de mort d'une vieille dame, j'ai pu faire l'expérience de ce "renouveau intérieur".

 

Celui qui a été planté dans le jardin de la foi de Dieu grandit de jour en jour vers son éternité avec Dieu. Il pousse vers le ciel. Il continuera à rester frais et vert dans la foi comme un arbre à feuilles persistantes. Car le Dieu vivant prend soin de lui. Ce que Dieu a planté une fois, il veut l'avoir avec lui pour l'éternité. Qu'il nourrit.

 

Que Dieu vous bénisse ! Qu'il vous entoure de son amour comme un manteau chaud. Qu'il vous protège et vous renforce dans la foi en Jésus-Christ.

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2020 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main