Pendant qu'ils étaient en chemin, un homme vint dire à Jésus : Je te suivrai partout où tu iras. Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas un endroit à lui où prendre du repos. Lucas 9, 57 - 58

 

Cher lecteur,

 

Avez-vous déjà voulu acheter quelque chose, mais le vendeur vous a dit : "Réfléchissez à deux fois ! Le coût est plus élevé que vous ne le pensez". Je ne me souviens pas d'une conversation où l'on m'ait donné un conseil aussi honnête. Malheureusement, je sais le contraire : "Oui, achetez ça ! Vous avez fait un très bon choix !” Ce n'est qu'après un certain temps que je me suis rendu compte que c'était une mauvaise affaire.

 

Jésus dit ouvertement la vérité à un homme. Il lui dit que la vie avec lui peut être très inconfortable. Il lui demande de reconsidérer sa décision.

 

Mais Jésus n'est pas un vendeur. Il ne vend pas la religion. Il n'attire personne avec des promesses vides de sens. Il dit la vérité parce qu'il est la vérité. Il ne veut séduire personne. Il ne veut forcer personne à croire en lui contre sa volonté. Sa parole dit la vérité à tous ceux qui veulent entendre la vérité.

 

Jésus pose ses cartes ouvertement sur la table. Il a aussi clairement dit à d'autres personnes ce que cela coûte de vivre avec lui. Je pense à l'exposé éclairant suivant dans l'évangile de Luc, 14, 28 :

“En effet, si l'un de vous veut bâtir une tour, est-ce qu'il ne prend pas d'abord le temps de s'asseoir pour calculer ce qu'elle lui coûtera et de vérifier s'il a les moyens de mener son entreprise à bonne fin ? Sans quoi, s'il n'arrive pas à terminer sa construction après avoir posé les fondations, il risque d'être la risée de tous les témoins de son échec.” Lucas 14, 28 - 29

 

J'ai rencontré à maintes reprises des gens qui sont devenus chrétiens avec enthousiasme. Ils espéraient beaucoup des autres chrétiens et de Dieu. Mais ils ont alors réalisé que leurs compagnons chrétiens n'étaient eux aussi que des saints normaux. Des êtres humains aux bords rugueux, avec des défauts et des faiblesses. Ils ont également dû constater que de nombreuses prières n'ont pas été exaucées. Ils croyaient que Dieu leur en demandait trop. Ils ont abandonné et ont cherché leur salut auprès d'autres sauveurs ou ont cherché des possibilités confortables de réalisation de soi.

 

Pierre et les autres disciples ont également été confrontés un jour à la question suivante : abandonner ou rester ? Beaucoup s'étaient mis en colère contre Jésus. Il a dit : "Je suis le pain de la vie. Celui qui mangera ce pain vivra éternellement" (Jean 6, 47 s). Beaucoup n'aimaient pas cela (Jn 6, 66 - 69) : „A partir de ce moment-là, beaucoup de ses disciples l'abandonnèrent et cessèrent de l'accompagner. Alors Jésus, se tournant vers les Douze, leur demanda : Et vous, ne voulez-vous pas aussi partir ? Mais Simon Pierre lui répondit : Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Nous, nous avons mis toute notre confiance en toi et nous savons que tu es le Saint, envoyé de Dieu.“

 

Quiconque confie sa vie à Jésus-Christ se met en route sur le chemin de la vie par la main de Dieu. Il devient un pèlerinage de paix et de joie. Ce sera un chemin de sécurité et de confort dans toutes les situations de la vie. Quiconque passe la journée avec Jésus-Christ peut prier le soir avec le Psaume 4:9 : “Dans la paix, je me couche et m'endors aussitôt ; grâce à toi seul, ô Eternel, je demeure en sécurité.”

 

Je vous souhaite cette merveilleuse sécurité chaque soir. Je vous souhaite d'aborder la journée chaque matin avec un courage renouvelé. Parce que vous savez que vous êtes aimé par Dieu, le Père qui est aux cieux. Aujourd'hui encore, faites confiance à Jésus-Christ. Ses paroles donnent une force de vie pour chaque nouveau jour. 

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2021 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main