Jésus dit à un autre : Suis-moi ! Mais cet homme lui dit : Seigneur, permets que j'aille d'abord enterrer mon père. Jésus lui répondit : Laisse aux morts le soin d'enterrer leurs morts. Quant à toi, va proclamer le règne de Dieu ! Luc 9, 59 – 60

 

Chers lecteurs,

 

La mort est partout dans cette pandémie de Corona. Nous ne pouvons plus la bannir de notre vie quotidienne. Nous rencontrons la mort dans tous les médias et dans les nouvelles statistiques quotidiennes. Et, malheureusement, aussi très personnellement, douloureusement, dans la famille et dans le cercle d'amis. La mort fait partie de la vie, a déclaré l'experte suisse en éthique Ruth Baumann-Hoelzle. "Ce qu'il faut pour mourir, c'est en fin de compte ce qu'il faut pour réussir sa vie." Pour que la vie réussisse, elle a besoin de bonnes relations avec les autres. Pour pouvoir dire au revoir à l'autre, il lui faut une relation intacte, de l'espace et du temps pour le deuil. Il faut du réconfort.

 

N'est-ce pas impitoyable ce que Jésus dit à cet homme ? Cet homme veut prendre soin de son père. Il veut avoir du temps pour ce dernier service qu'il peut rendre à son père. Après cela, il aura le temps de devenir un disciple de Jésus. Mais Jésus dit : que les morts enterrent leurs morts. Mais vous, allez-y ! Parlez à tout le monde du règne de Dieu et de sa nouvelle réalité.

 

La nouvelle réalité de Dieu devient visible en Jésus-Christ. Partout où il rencontre des gens, le règne de Dieu devient visible. Il guérit les lépreux et les paralytiques et leur redonne la possibilité de vivre en communauté avec les autres. Il réconforte une mère qui porte son enfant à l'enterrement. Toute la ville partage son désespoir. Jésus souffre avec elle. Il touche le cercueil, ramène le garçon à la vie et le rend à sa mère (Lc 7, 11 f). Parce que la mort ne fait pas partie de la vie.

 

Qui est Jésus ? Jésus-Christ dit (Jn. 11, 25-26) : Je suis la résurrection et la vie, lui dit Jésus. Celui qui place toute sa confiance en moi vivra, même s'il meurt. Et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ?

 

Jésus est la vie. Il donne la vie éternelle à tous ceux qui lui font confiance. La vie éternelle commence déjà aujourd'hui et s'achève dans la communauté éternelle avec Dieu. La mort n'a pas le dernier mot. La mort n'a pas pu retenir Jésus-Christ dans la tombe. “Mais, en réalité, le Christ est bien revenu à la vie et, comme les premiers fruits de la moisson, il annonce la résurrection des morts.” (1 Cor. 15, 20).

Mais pas seulement ! L'apôtre Paul en témoigne : lorsque Dieu aura établi son règne royal, même le dernier ennemi sera détruit, c'est-à-dire la mort (1.Cor. 15, 26 et Apoc. 20, 14). „O mort, qu'est devenue ta victoire ? O mort, où est ton dard?” l'apôtre Paul triumphant crie (55).

 

Qu'est-il arrivé à cet homme qui allait devenir un disciple de Jésus ? La Bible ne le dit pas. Mais j'espère qu'il a suivi Jésus-Christ, le Fils de Dieu vivant et éternel. J'espère qu'il a confié toute sa vie et sa mort à Jésus-Christ. Et j'espère qu'il a quand même pu accompagner son père dans son dernier voyage. Qu'il puisse transmettre cette espérance au tombeau, ce que nous dit l'apôtre Paul (1.Cor. 15, 42 f) : “Il en va de même pour la résurrection des morts. Lorsque le corps est porté en terre comme la graine que l'on sème, il est corruptible, et il ressuscite incorruptible ; semé infirme et faible, il ressuscite plein de force. Ce que l'on enterre, c'est un corps doué de la seule vie naturelle ; ce qui revit, c'est un corps dans lequel règne l'Esprit de Dieu. Aussi vrai qu'il existe un corps doté de la seule vie naturelle, il existe aussi un corps régi par l'Esprit. – (57) Mais loué soit Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ.”

 

Je vous souhaite de préserver votre esprit, votre âme et votre corps ! Que Dieu vous bénisse.

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2021 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main