Mais je suis toujours avec toi, et tu m'as saisi la main droite. Psaume 73, 23

 

Chers lecteurs,

 

Cela vaut-il la peine de croire en Dieu ? Je connais beaucoup de gens qui se débrouillent très bien sans Dieu, sans foi et sans église. Les personnes qui réussissent tout et sont satisfaites d'elles-mêmes.

Asaf, qui a écrit le 73ème psaume, connaissait de telles personnes. Il était comme beaucoup de chrétiens aujourd'hui. Il s'est demandé : quel est l'intérêt de croire en Dieu ? Asaf avait des doutes sur sa foi. Peut-être était-il même sur le point de "raccrocher son clou", c'est-à-dire d'abandonner sa foi.

 

Je connais des gens qui l'ont fait. Ils étaient autrefois impliqués dans l'église. Ils ont travaillé avec nous, prié avec nous, cru avec nous. Ils chantaient dans la chorale de l'église, dirigeaient les groupes de jeunes, s'engageaient de manière sacrificielle. Jusqu'au jour où ils ont été confrontés à des défis et des problèmes qui les ont fait douter de l'amour et de la bonté de Dieu. Peut-être que les prières sont restées sans réponse. Peut-être que des espoirs et des mariages ont été brisés. Puis ils ont jeté par-dessus bord tout ce en quoi ils avaient cru pendant si longtemps.

 

Je pense qu'il y a des situations difficiles comme celle-là dans la vie de nombreux chrétiens. Ce qu'Asaf a vécu, d'autres l'ont vécu avant et après lui. Mais comment Asaf gère ça, ça peut m'aider. "Pourtant", dit-il. "Mais", dit-il. Mais je reste avec toi, mon Dieu. Je reste avec vous même dans des doutes de foi aussi graves. Mais pas par ma propre force, mais parce que tu me tiens. Le fait qu'Asaf puisse continuer à faire confiance à Dieu n'est pas dû à lui et à sa forte foi. Sa confiance en Dieu est fondée sur l'amour de Dieu, qui le tient fermement. Dieu le tient comme un père tient son enfant. "Tu me tiens par la main droite."

 

Je me souviens que mes petits-enfants, lorsqu'ils étaient petits, cherchaient toujours ma main. Lorsque nous nous promenions, ils prenaient la main de grand-mère ou de grand-père et nous marchions ensemble, main dans la main. Parfois, je prenais aussi les petits par la main pour qu'ils restent en sécurité, par exemple en traversant la route. Je suis sûr que vous le savez de par votre propre expérience.

 

Je trouve belle cette image de la foi à la main de Dieu. Je voudrais croire de la même manière, c'est-à-dire faire confiance à Dieu, le Père qui est aux cieux. Même ou surtout en tant que personne âgée. Je veux tendre la main vers lui chaque jour, chaque matin, et lui demander : conduis-moi à travers cette journée. Conduis-moi aussi aujourd'hui par ta main. C'est ainsi que je veux prier. C'est ce que je veux demander. C'est ce que je veux vivre aujourd'hui : Dieu me guide.

 

Lorsque le Père céleste prend ma main droite au sens figuré, il me saisit - également au sens figuré - de sa main gauche. La main gauche, nous le disons symboliquement, est la main qui vient du cœur. Je veux toujours me rappeler ceci : Dieu me conduit avec la main de son cœur.

 

Quelles que soient vos circonstances actuelles, que vous vous sentiez fort ou faible dans votre foi : je veux ouvrir vos yeux à la main aimante de notre Père céleste. L'apôtre Paul nous dit à vous et à moi (Romains 8:38) :

 

Oui, j'en ai l'absolue certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l'avenir, ni les puissances, ni ce qui est en haut ni ce qui est en bas, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous arracher à l'amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ notre Seigneur.

 

Laissez-vous guider aujourd'hui par la main du cœur de Dieu. Veuillez également faire confiance à l'amour de Dieu aujourd'hui, qui est révélé en Jésus-Christ. Que Dieu protège votre foi, qu'il vous garde près de lui. Il les adore !

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2021 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main