Alors le grand-prêtre se leva au milieu de l'assemblée et interrogea Jésus. Eh bien, demanda-t-il, tu n'as rien à répondre aux témoignages qu'on vient de porter contre toi ? Mais Jésus garda le silence et ne répondit pas. Le grand-prêtre l'interrogea de nouveau et lui demanda : Es-tu le Messie, le Fils du Dieu béni ? Et Jésus lui répondit : Oui, je le suis ! Et vous verrez le Fils de l'homme siéger à la droite du Tout-Puissant et venir en gloire avec les nuées du ciel. Évangile de Marc 14, 60 – 62

 

Cher lecteur,

 

Jésus est accusé devant le grand prêtre. Il est silencieux. Il ne se défend pas contre les mensonges qui lui sont reprochés. Le chef spirituel pose une dernière question:qui êtes-vous? Êtes-vous vraiment le Christ ?

 

Cette question me surprend. Pendant des années, ils l'avaient observé. Pendant des années, ils l'avaient vu faire des miracles. Il a guéri un mendiant aveugle qui vivait en marge de la société (Luc 18:35). Il a rendu la dignité et la foi en Dieu à une femme qui avait divorcé cinq fois (Jean 4:18). Il a nourri cinq mille hommes affamés et leurs familles avec quelques pains et poissons (Matthieu 14:13). Il a ramené à la vie une jeune fille morte (Luc 8:40). Il a marché sur l'eau et a lavé les pieds de ses disciples (Matthieu 14 et Jean 13).  Ce qu'il a fait, aucun homme ne l'avait jamais fait auparavant.

 

Il prêchait l'amour de Dieu à ses amis et ennemis. Il était doux et humble. Il était miséricordieux et pacifique. Il a dit (Luc. 6, 27): „Quant à vous tous qui m'écoutez, voici ce que je vous dis : Aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous haïssent ; appelez la bénédiction divine sur ceux qui vous maudissent ; priez pour ceux qui vous calomnient.“ Il a dit (Jean 14, 6) “Le chemin  c'est moi, parce que je suis la vérité et la vie. Personne ne va au Père sans passer par moi.” Ce qu'il prêchait, aucun homme ne l'avait jamais entendu auparavant.

 

Mais ni ses paroles divines ni ses miracles n'ont pu convaincre ses observateurs. Ils avaient un cœur de pierre. Ils l'ont traîné devant leur tribunal et l'ont traité comme un criminel. Ils le détestaient. Il était leur ennemi mortel.

 

Je me demande : est-ce que quelque chose a changé deux mille ans plus tard ? Même aujourd'hui, les gens se posent des questions : Jésus, qui êtes-vous ? Êtes-vous vraiment le Messie, le Christ ? Êtes-vous le fils de Dieu ? Aujourd'hui encore, il y a partout des gens qui ne sont pas convaincus par les paroles de Jésus ou par ses actes. Ils se méfient de Jésus ou le rejettent. Pour certains, Jésus-Christ est encore aujourd'hui un ennemi mortel. Ils le combattent, lui et son peuple.

 

La réponse que Jésus donne au grand prêtre est éternellement valable. Il dit : "Je suis l'élu. Je suis le Christ, le fils de Dieu. Je suis le Fils du Très-Haut, qui seul peut être adoré. Je ressusciterai d'entre les morts et je serai assis à la droite de Dieu. Je suis celui dont David parle dans le psaume 110 : „Psaume de David. Déclaration de l'Eternel. Il dit à mon Seigneur : « Viens siéger à ma droite jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds. »

Jésus confesse son Messie. Il confesse publiquement qu'il est le juge du monde qui reviendra avec la puissance et la gloire divines (voir le prophète Daniel, chapitre 7).

 

Pour le grand prêtre et son peuple, c'est un blasphème. La sentence est donc : la peine de mort ! Le tribunal laïc, représenté par le gentil Ponce Pilate, le confirmera. Jésus meurt sur la croix du Golgotha.

Je suis reconnaissant de pouvoir croire en Jésus-Christ. Il n'est pas un Dieu flottant quelque part dans l'univers qui ne se soucie pas de moi. Il est un Dieu qui connaît la douleur et la souffrance à fond. C'est un Dieu qui a souffert de la mort. C'est un Dieu qui veut être très proche de chaque personne aujourd'hui, aussi, comme un frère.

 

Je voudrais conclure par des éloges. Je veux louer le Fils du Dieu hautement loué avec les paroles de l'apôtre Paul tirées de la lettre aux Philippiens, chapitre 2. Je souhaite que vous puissiez vous joindre à cette louange :

 

“Lui qui, dès l'origine, était de condition divine, ne chercha pas à profiter de l'égalité avec Dieu, mais il s'est dépouillé lui-même, et il a pris la condition du serviteur. Il se rendit semblable aux hommes en tous points, et tout en lui montrait qu'il était bien un homme. Il s'abaissa lui-même en devenant obéissant, jusqu'à subir la mort, oui, la mort sur la croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé à la plus haute place et il lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, pour qu'au nom de Jésus tout être s'agenouille dans les cieux, sur la terre et jusque sous la terre, et que chacun déclare : Jésus-Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père.”

 

Que Dieu bénisse votre saison de Pâques. Qu'il vous accorde un cœur joyeux et la certitude d'être une personne inconditionnellement aimée par Dieu, le Père céleste. 

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2021 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main