20 décembre 2022, Lumière de Noël

 

Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. l'Évangile de Jean, 3, 16

 

Chers lecteurs,

 

Quelle est votre chanson préférée à Noël ? J'ai redécouvert une vieille chanson. Depuis que j'ai lu qui l'a composé et dans quelles circonstances il a été créé, j'aime beaucoup le chanter. Il s'agit du chant de Noël allemand "Dies ist die Nacht, da mir erschienen des großen Gottes Freundlichkeit". (C'est la nuit où la bonté du grand Dieu m'est apparue).

 

Il a été composé par le pasteur protestant Kaspar Friedrich Nachtenhoefer. Il était le fils d'un pasteur et a vécu la guerre de Trente Ans qui a fait rage en Europe de 1618 à 1648. Une guerre brutale et sanglante entre protestants et catholiques. Jeune homme, Kaspar Friedrich devint lui-même pasteur et se maria. À la naissance de son troisième enfant, sa femme mourut et le nouveau-né avec elle. Ce fut le début de nombreux revers de fortune.

 

Sa paroisse se soucia de lui et lui trouva une femme pour lui et ses enfants. Mais cette femme, Marie-Élisabeth, mourut elle aussi sept ans plus tard. Il se retrouva à nouveau devant une tombe ouverte.

Cet homme a beaucoup souffert. Dans une histoire le concernant, j'ai lu qu'à un moment donné, il a douté de Dieu, presque désespéré. Il ne doutait pas de l'existence de Dieu, mais de son amour. On raconte qu'il n'avait presque plus la force de prêcher la veille de Noël 1684. Le texte du sermon était la parole tirée de l'Évangile de Jean, 3, 16 : “Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle.”

 

Cette nuit-là, la veille de Noël, le miracle s'est produit. Cette parole de Dieu a rallumé en lui la lumière de la foi. Il comprit que Dieu aimait tellement ce monde mauvais et désolé qu'il avait envoyé son fils Jésus dans ce monde pour le sauver. Pour délivrer ce monde de la malédiction de la mort. À Noël, Dieu vient dans son fils Jésus dans un monde rempli de peur, de détresse et de mort. Jésus est également venu dans son monde personnel. Dans une vie si remplie de souffrance, de tristesse et de douleur, Jésus-Christ est venu. Jésus-Christ a apporté de la lumière dans ses ténèbres.

 

C'est ainsi qu'est né ce chant de Noël en 1684, un an avant sa mort. Il nous laisse un chant qui, depuis, a apporté un réconfort et un nouvel espoir à d'innombrables personnes :

 

(1) C'est la nuit où m'est apparue la bonté du grand Dieu ;
l'enfant que servent tous les anges apporte la lumière dans mes ténèbres,
et cette lumière du monde et du ciel ne s'éloigne pas de cent mille soleils.

 

(4) C'est pourquoi, Jésus, le plus beau soleil de Noël, illumine-moi de ta faveur ;
Que ta lumière soit ma joie de Noël et enseigne-moi l'art de Noël,
comment je dois marcher dans la lumière, et sois plein de la splendeur de Noël.

 

Je souhaite que cette splendeur de Noël remplisse aussi votre cœur. Si vous avez actuellement de lourds fardeaux à porter et que vos doutes sur l'amour de Dieu sont grands, que la gentillesse de Dieu vous touche à nouveau de manière toute nouvelle. Je vous souhaite, je nous souhaite à tous que Jésus-Christ, la lumière du monde, rende ce monde sombre lumineux et que sa gloire se lève sur nous tous comme le soleil levant après la nuit. Que le réconfort et une nouvelle espérance vous remplissent !