1 mai 2022

 

Je recommande à Evodie et à Syntyche de vivre en parfaite harmonie, l’une avec l’autre, selon le Seigneur; je les y invite instamment. Toi, mon fidèle collègue, je te le demande: viens-leur en aide, car elles ont combattu à mes côtés pour la cause de l’Evangile, tout comme Clément et mes autres collaborateurs dont les noms sont inscrits dans le livre de vie.

Épître aux Philippiens, Chapitre 4, 2 + 3

 

Chers lecteurs,

 

Vladimir Poutine (Putin) écrit l'histoire. Sa guerre en Ukraine change le monde. De nombreuses personnes meurent dans cette guerre insensée et brutale. Des soldats et des civils, des femmes et des enfants perdent la vie. Des mères perdent leurs enfants, des enfants leurs parents. La haine et la violence se répandent. Des millions de personnes fuient cette guerre épouvantable. Ils ont perdu toute leur existence.

 

Seul l'avenir nous dira si le président russe écrira l'histoire mondiale. De nombreux contemporains évoquent son nom en relation avec Staline et Hitler. Son nom serait alors plus qu'une simple note de bas de page dans les livres d'histoire.

 

Nous ne trouvons Evodie et Syntyche dans aucun livre d'histoire. L'apôtre Paul les mentionne dans sa lettre aux Philippiens. Elles sont plutôt une note de bas de page. En dehors de leur nom, nous ne savons pas grand-chose de ces deux femmes. Mais ce que nous apprenons est pourtant très intéressant pour nous :

 

1. les deux femmes se sont disputées. La raison n'est pas connue. Tout le monde connaît des disputes, hier comme aujourd'hui. Entre chrétiens aussi, il y a des divergences d'opinion. Les chrétiens aussi se disputent malheureusement. Paul exhorte les deux femmes à mettre un terme à leur dispute. En se disputant, elles se font du tort à elles-mêmes et à l'Église. Un collaborateur fidèle doit aider à rétablir la paix. Voilà ce qu'était déjà la résolution raisonnable des conflits il y a 2000 ans. Exactement comme à notre époque, les hommes politiques ou le pape François ont voulu jouer les médiateurs dans cette guerre. Malheureusement, sans aucune chance.

 

Nous, les chrétiens qui croyons en Jésus-Christ, nous devons sans cesse rechercher l'unité. Si cela n'est pas possible par nos propres moyens, il faut une personne de confiance qui puisse servir de médiateur. Un chrétien sage m'a dit un jour : "Un compromis, c'est quand les deux parties pleurent". Parfois, seul un compromis peut faire avancer les choses. Il ne s'agit pas de vainqueurs ou de perdants. Il s'agit d'arbitrer un conflit dans lequel les deux parties renoncent à quelque chose pour gagner à nouveau un avenir commun.

 

2 Paul connaît personnellement ces femmes. Elles étaient des combattantes. Avec une équipe, elles s'étaient engagées pour la bonne nouvelle de Jésus-Christ. Elles avaient lutté pour que de nombreuses personnes puissent entendre l'Évangile. Leur amour pour Dieu et pour les hommes faisait d'elles des combattantes pour la paix et pour la vie. Mais attention : celui qui lutte pour l'Evangile n'a pas des hommes comme adversaires, mais lui-même. Il doit devenir un vainqueur. Certains doivent lutter contre leur paresse. La paresse de ne plus prier. La paresse de ne plus aller à la messe. D'autres doivent lutter contre l'orgueil ou la soif de pouvoir et d'argent. Celui qui perd ces combats contre lui-même peut rapidement devenir un fauteur de troubles au sein de l'église. Mais ce n'est pas ce que veut Jésus-Christ. Il veut l'unité de son Église. Jésus ne veut pas de divisions. Il veut la paix dans son Église.

 

3. Même si ces deux femmes querelleuses ont encore beaucoup de travail relationnel à faire, une chose est sûre : Dieu les connaît et les aime quand même. Leurs noms sont inscrits dans le livre de la vie. C'est la meilleure chose qui puisse arriver à un être humain. Celui que Dieu inscrit dans le livre de vie a un avenir éternel auprès de lui. Il peut se réjouir !

 

Dans l'Apocalypse (chap. 20, verset 12), Jean parle du jugement dernier :

 

“Je vis les morts, les grands et les petits, comparaissant devant le trône. Des livres furent ouverts. On ouvrit aussi un autre livre: le livre de vie. Les morts furent jugés, chacun d’après ses actes, suivant ce qui était inscrit dans ces livres.”

 

Personne n'échappera au jugement de Dieu. Toute injustice, toute inimitié envers Dieu sera mise en lumière. Celui qui croit que personne ne lui demandera des comptes sera déçu. Sera déçu celui qui a voulu chasser Dieu de son trône pour se rendre maître des hommes et de leur vie.

 

Ce qui est décisif, c'est de savoir si Jésus-Christ a inscrit nos noms dans le livre de sa vie. Outre Evodie, Syntyche et Paul, votre nom, chère lectrice, cher lecteur, doit également être écrit dans le livre de vie !

 

Je vous invite à la prière :

 

Jésus-Christ, tu es mon Sauveur et mon Rédempteur. Je te remercie de me connaître et de m'aimer. Tu connais mon nom, tu sais tout de moi. Je te remercie parce que je suis inscrit dans le livre de vie. Personne ne peut me rayer de ce répertoire de noms célestes. Cela me rend heureux.

 

Je te prie : fais de moi un être humain qui veut vivre en paix avec les autres. Pardonne-moi là où je n'ai pas réussi. Accorde-moi la volonté et la force de promouvoir l'unité dans l'Eglise.

 

Je te prie : fais de moi une personne capable d'aider les autres à régler leurs différends. Fais de moi un médiateur là où des murs ou des fossés s'ouvrent entre les gens. Aide-moi, s'il te plaît, à montrer ton amour miséricordieux à mes semblables. Je veux m'engager pour cela de toutes mes forces.

 

Je te demande de mettre fin à la guerre en Ukraine. Je te demande la paix. Fais enfin revenir la raison chez tous les responsables de cette souffrance. Amen.

 

Merci de m'avoir écouté. Que Dieu vous bénisse et vous préserve dans votre corps, votre âme et votre esprit.

 

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© 2021 Hans-Peter Nann, Frankfurt am Main