Parabole de l'ivraie et du blé Évangile de Matthieu 13, 24 - 30

 

Il leur proposa une autre parabole: Il en est du royaume des cieux comme d’un homme qui avait semé du bon grain dans son champ. 25 Pendant que tout le monde dormait, son ennemi sema une mauvaise herbe au milieu du blé, puis s’en alla. 26 Quand le blé eut poussé et produit des épis, on vit aussi apparaître la mauvaise herbe.

 

27 Les serviteurs du propriétaire de ce champ vinrent lui demander: Maître, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ? D’où vient donc cette mauvaise herbe? 28 Il leur répondit: C’est un ennemi qui a fait cela! Alors les serviteurs demandèrent: Veux-tu donc que nous arrachions cette mauvaise herbe?

 

29 – Non, répondit le maître, car en enlevant la mauvaise herbe, vous risqueriez d’arracher le blé en même temps. 30 Laissez pousser les deux ensemble jusqu’à la moisson. A ce moment-là, je dirai aux moissonneurs: « Enlevez d’abord la mauvaise herbe et liez-la en bottes pour la brûler: ensuite vous couperez le blé et vous le rentrerez dans mon grenier. »

 

Chers lecteurs, chères lectrices,

 

L'autre jour, je passais devant un champ où poussait du seigle. Entre les deux, je voyais régulièrement des chardons des champs. J'ai immédiatement pensé à cette parabole racontée par Jésus. Les chardons dans le champ de seigle poussaient naturellement sans voisin malveillant. Il ne s'agissait pas d'une inimitié entre deux paysans. Mais par cette parabole, Jésus veut nous dire une vérité spirituelle : dans notre monde, au milieu de la création de Dieu, au milieu de sa justice, il pousse beaucoup d'injustice, beaucoup d'inimitié contre le Dieu saint. Dans notre monde, au milieu de la paix, il y a beaucoup de discorde. Là où le bien croît et mûrit, beaucoup de mal croît et mûrit en même temps.

 

J'ai parfois l'impression que le mal, le mauvais, est bien plus grand que le bien que font les hommes. On a souvent l'impression qu'au milieu d'un grand champ de mauvaises herbes, seuls quelques épis de blé poussent encore, que seul un petit nombre de bonnes choses mûrissent. Mais c'est peut-être ma vision humaine très limitée. Dans cette parabole, Jésus me dit que ce qui l'intéresse, ce sont les bons fruits. Chaque épi, chaque fruit est précieux pour Dieu. Rien ne doit être perdu. Même si le fruit est petit. Aucun grain d'amour ne doit être perdu.

 

Chers lecteurs, votre foi en Jésus-Christ est précieuse. Tout ce qui grandit de cette foi en amour et en bonnes œuvres est précieux et a de la valeur pour Dieu. Dieu veut en tout cas le conserver pour l'éternité. Dieu veut un jour apporter le bien dans son "grenier". En même temps, Dieu permet aussi aux œuvres du diable de croître et de mûrir dans le monde de Dieu. Dieu ne les arrache pas, même si je le souhaite souvent. Je dois supporter le fait que le mal soit aussi présent dans notre monde, qu'il grandisse et mûrisse même. Je dois en être témoin et en souffrir.

 

C'est pourquoi il n'existe pas non plus de communauté "pure". Même dans l'église la plus pieuse, l'injustice, l'incrédulité et l'égoïsme peuvent croître à côté de la foi, de l'amour et de l'imitation. Cela peut même arriver en moi. Je le vois chez Simon Pierre. Après la Cène, Jésus dit à son disciple Simon (Lc. 22, 31 + 32) :

 

“Simon, Simon! fais attention: Satan vous a réclamés pour vous passer tous au crible, comme on secoue le blé pour le séparer de la bale. 32 Mais moi, j’ai prié pour toi, pour que la foi ne vienne pas à te manquer. Et toi, le jour où tu seras revenu à moi, fortifie tes frères.”

 

Revenir sans cesse à Jésus, c'est d'une importance existentielle. Nous pouvons savoir que notre Seigneur Jésus voit nos luttes pour la foi et prie pour nous. Il nous connaît de part en part. Il connaît nos doutes et nos tentations. Il ne connaît pas seulement les bonnes œuvres dans notre vie, mais aussi les "chardons des champs" dans notre cœur.

 

Cette parabole me donne beaucoup de courage. Je sais que Jésus-Christ voit ma foi (et aussi mon incrédulité) et qu'il est là pour moi. Il veut que j'atteigne le but de ma foi, le ciel, malgré mes "chardons des champs". Il veut et va me bénir pour cela.

 

Je sais aussi que Jésus-Christ voit toute injustice et tout mal dans ce monde. Mais il ne le détruit pas. Il ne l'arrache pas. Car un jour, il jugera. Ce qui a été fait par amour pour Dieu pourra subsister dans l'éternité. Mais toute méchanceté trouvera un jugement destructeur.

 

Je vous invite à prier :

 

Jésus-Christ, mon Seigneur et mon Dieu,

 

je te remercie de connaître et d'aimer pour moi. Dans toutes les épreuves et tentations, tu es proche de moi et tu m'aides. Tu veux me garder et me protéger dans un monde où la méchanceté grandit et où les mauvais fruits que sont la haine, la violence et l'égoïsme mûrissent. Je te prie pour tous ceux qui doivent souffrir de l'injustice dans ce monde. Je te demande de l'aide pour les nombreuses personnes dans les régions en crise. Je te prie pour mon église à l'endroit où je vis. Fais croître la foi et l'amour comme dans un champ fertile. Fais de mon cœur un champ fertile pour toi. Amen.

 

Que Dieu vous bénisse et vous protège dans votre esprit, votre âme et votre corps.