1er juin 2022

 

Nul ne peut être en même temps au service de deux maîtres, car ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il sera dévoué au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et l’Argent. Évangile selon Matthieu 6, 24

 

Chers lecteurs, 

 

Les athées peuvent aussi être des personnes religieuses. Ils peuvent, tout comme n'importe quel autre être humain, idolâtrer leurs biens, leur fortune. Les chrétiens aussi peuvent devenir dépendants de leur argent par avarice et souci d'argent. Pour le réformateur Martin Luther, c'était de l'idolâtrie. Il écrit en 1544 dans un petit article (je l'ai adapté à notre langue):

 

"Il y a une différence entre avoir de l'argent et des biens et servir l'argent et les biens. Dieu ne veut pas que nous servions l'argent et nos biens avec avarice et inquiétude. Celui qui sert est un serviteur, il n'a pas l'argent, mais c'est l'argent qui le tient. Mais s'il est maître de l'argent, c'est l'argent qui le sert, et il ne sert pas l'argent. Il peut alors utiliser l'argent en aidant le pauvre avec son argent et en donnant à ceux qui n'ont rien. S'il voit quelqu'un qui n'a pas de vêtements, il dit à l'argent : "Sors, Seigneur Euro, il y a là un pauvre qui n'a pas de vêtements, c'est lui que tu dois servir". "Il y a là un malade qui n'a pas d'aide. Sortez, messieurs les euros, vous devez partir, aller l'aider". Celui qui gère ainsi son argent et ses biens est le maître de ses biens. Mais celui qui ne veut qu'économiser beaucoup d'argent et ne pense qu'à voir sa fortune augmenter sans cesse et non diminuer, celui-là fait partie des idolâtres. Voici donc mon opinion : il faut avoir de l'argent et des biens, mais il ne faut pas y attacher son cœur".

 

La gestion de notre argent montre qui nous servons en réalité. Sommes-nous dépendants des soucis d'argent ? Avons-nous même du respect pour l'argent ? Nous devrions avoir du respect pour les nombreuses personnes qui sont tombées dans une pauvreté extrême suite à une guerre ou à une catastrophe naturelle. Ils méritent notre respect. Grâce aux dons, nous pouvons soulager leur détresse. Actuellement, ce sont les réfugiés d'Ukraine qui viennent chercher de l'aide chez nous. Selon les médias, 630 millions d'euros ont été donnés jusqu'à présent pour les personnes originaires d'Ukraine. Nous ne devons pas relâcher notre volonté d'aider. Mais nous ne devons pas non plus oublier les nombreuses autres personnes dont aucun journal ni aucune chaîne de télévision ne parlent en ce moment. Je pense aux enfants atteints de cancer qui ont besoin de soutien. Ou je pense aux "banques alimentaires" qui manquent de nourriture. Nous avons besoin d'un cœur large pour ceux qui vivent en marge de la société.

 

Martin Luther est resté sobre dans sa volonté de faire des dons. Il savait qu'il était d'abord responsable de sa femme et de ses enfants. Il devait s'occuper d'eux. Il ne soutenait pas la paresse des autres. Mais il a conservé sa vertu, celle d'être un homme généreux et charitable, qui voulait servir Dieu et non l'argent. Je veux dire : un modèle, même après presque 500 ans.

 

Je vous invite à une courte prière :

 

Seigneur Jésus-Christ, préserve-moi de l'avarice et de l'esprit de souci. Préserve-moi de servir l'argent et d'idolâtrer mes biens. Ce n'est pas l'argent, les biens et l'esprit de prospérité qui doivent me dominer, mais tu es le Seigneur et le Dieu de ma vie. Ce que j'ai et ce que je suis, je te le dois ! Là où cela m'est possible, laisse-moi t'aider avec mon cœur et mon esprit. Amen.